Thèse


Emilie CREMIN.
Entre mobilité et sédentarité : les Mising, « peuple du fleuve », face à l'endiguement du Brahmapoutre (Assam, Inde du Nord-Est).
Environmental and Society. Univerisité Paris 8 Vincennes Saint-Denis, 2014. French. <tel-01139754>
HAL
Présentation du résumé de la thèse sur le site de la revue Mappemonde

Dordogne

LogosGEOLAB5

Chaire Capital Environnemental et la Gestion Durable des Cours d’Eau

 English version

Présentation de la Chaire
Les enjeux environnementaux s’imposent désormais à tous les acteurs du développement et se déclinent à toutes les échelles territoriales. A cet égard, à la fois de par leurs multiples fonctions et leur dimension multi-scalaire, les cours d’eau et leurs bassins versants méritent une attention toute particulière. Plus encore, en ce qu’ils concentrent d’enjeux économiques, sociaux, politiques et environnementaux, les bassins versants et vallées équipés de barrages hydroélectriques peuvent susciter des conflits spécifiques. Ils constituent donc des objets et terrains d’études pertinents pour analyser ces tensions et au-delà, leurs modalités de régulation ou de gestion, notamment territoriale.

Dans cette perspective, le laboratoire GEOLAB UMR 6042 CNRS (UBP Clermont-Ferrand-Université de Limoges) de l’université de Limoges, la SHEM, et la Fondation Partenariale de l’Université de Limoges ont initié un programme de recherche intitulé « capital environnemental et gestion durable des cours d’eau », 2013-2020.

Contact/Information :

Emilie Crémin – emilie.cremin@gmail.com

Jamie Linton – james.linton@unilim.fr

Le programme scientifique et les terrains d’études :

La mise en oeuvre du programme scientifique repose sur une Chaire de recherche d’une durée de 5 ans, appliqué prioritairement à deux « rivières pilotes »: la Dordogne et la Têt (Pyrénées Orientales). La recherche sera effectuée dans une série d’études menées par des chercheurs de niveau doctoral et postdoctoral associés à la Chaire. Les principaux objectifs du programme de recherche sont les suivants:

– 1/ développer de nouveaux outils et approches pour la gestion des cours d’eau caractérisés par des installations hydroélectriques
– 2/ étudier, de façon critique, les concepts clés qui sous-tendent la gestion des cours d’eau dans le but d’améliorer l’applicabilité de ces concepts

Les résultats recherche seront diffusés principalement par le biais d’une série d’ateliers organisés par la Chaire et par la publication d’articles scientifiques dans des revues françaises et internationales.

Mon projet de Post-doc au sein de la Chaire de 2015 à 2017 : 

Participation citoyenne pour une meilleure gestion des cours d’eau

Résumé

La directive cadre sur l’eau (DCE)[1] fixe des objectifs ambitieux en termes de gestion équilibrée de la ressource en eau. L’objectif est d’atteindre un bon état écologique des eaux superficielles en améliorant l’hydromorphologie et la restauration de la continuité écologique des rivières. Au-delà des dimensions physico-chimiques sur lesquels des réglementations contraignantes espèrent agir et des arguments techniques, l’acceptabilité sociale des projets dépend également d’aspects culturels, historiques, paysagers et affectifs liés aux cours d’eau et aux représentations collectives. L’implication des usagers et des riverains dans la gestion du milieu fluvial semble à priori indispensable à la réalisation des objectifs de manière durable.

Après avoir identifié les grands enjeux environnementaux concernant les bassins versants de la Dordogne , il s’agissait, tout d’abord, de comprendre comment les dimensions sociales et culturelles sont prises en compte dans la gestion de ces cours d’eau. L’étude s’intéresse particulièrement aux perceptions et aux représentations des cours d’eau et de la qualité de l’eau par les riverains, aux relations entre les individus ou les groupes avec l’eau, aux savoirs vernaculaires locaux, à la valeur accordée à la ressource, etc … La gestion technique des cours d’eau prend-elle en compte ces savoirs locaux ? Dans quelle mesure ?

Le projet visait à évaluer l’implication et à expliquer les motivations de la participation des citoyens dans la gestion des cours d’eau pour atteindre le bon état écologique. Il visait notamment à adapter les outils de gestion de l’eau aux dimensions sociales et culturelles des cours d’eau afin de concilier la diversité des savoirs scientifiques et locaux pour définir des projets de gestion raisonnés.

Pour mieux comprendre les dimensions culturelles de la rivière, la méthode employée consiste à impliquer les citoyens dans la réalisation d’un film dont le scénario fut écrit avec les habitants des vallées de la Dordogne. Pour cela, nous avons tout d’abord organisé 5 ateliers participatifs (I) questionnant les participants sur « C’est quoi pour vous la Dordogne? »; puis j’a monté le film avec les rushs des ateliers (II); et enfin, nous sommes revenu dans les 5 communes des ateliers pour projeter le film et poursuivre le débat avec les habitants de la Dordogne (III).

[1] http://www.eaufrance.fr/comprendre/la-politique-publique-de-l-eau/la-directive-cadre-sur-l-eau

Lien vers le site de la chaire

I. Ateliers participatifs : « C’est quoi pour vous la Dordogne ? »

5 ateliers participatifs ont été organisés le long de la Dordogne

Dans le cadre d’un projet de recherche portant sur les dimensions sociales et culturelles dans la gestion des cours d’eau du bassin versant de la Dordogne, un groupe de chercheurs de l’Université de Limoges (Natacha Jacquin, Jamie Linton et Emilie Crémin), en collaboration avec EPIDOR (structure coordinatrice de la Réserve de biosphère du bassin de la Dordogne), des mairies et des associations locales, réalise un film pour mettre en lumière les différents points de vues des habitants sur la Dordogne et ses affluents.

Ce film qui vise à illustrer la diversité de la Dordogne, sera créé à partir de scénarios élaborés avec les habitants, et pour les habitants, au cours de 5 ateliers organisés le long du fleuve. Deux ateliers ont déjà eu lieu pour la partie amont du bassin (Bort-les-Orgues le 15 septembre et Argentat le 16 septembre) et 3 nouvelles rencontres sont programmées d’ici à la fin de l’année ; Carlux le 9 novembre, Ste-Foy-la-Grande le 16 novembre et pour finir, le 2 décembre à Saint-André-de-Cubzac.

Un atelier s’organise en deux parties :

dans un premier temps, les participants expriment ce que représente pour eux la Dordogne, en écrivant quelques phrases et en l’illustrant d’un dessin ou d’un croquis.

Puis, dans un deuxième temps, au travers d’une cartographie participative, les participants identifient des lieux importants de mémoire, des personnes qui pourraient raconter des histoires communes, témoignent de leur attachement à la rivière par des récits de vie, des expériences en relation avec le milieu fluvial, etc. Ces éléments contribueront à créer un petit scénario puis à construire la trame du film documentaire.

Le film réalisé est employé comme un outil pour promouvoir la participation des citoyens à la gestion durable du fleuve. L’objectif est d’utiliser le film pour sensibiliser les habitants aux enjeux environnementaux affectant les territoires, tout en contribuant à la construction d’une identité collective de la source à l’estuaire de la Dordogne.

Habitants, pêcheurs, poètes, écrivains, naturalistes, environnementalistes, citoyens, agriculteurs, éleveurs, forestiers … Furent invités à parler de leur rivière.

Tous les points de vue, tous les regards, furent les bienvenus. Atelier 1 – Bort-Les-Orgues le 15 septembre 2015 Atelier 2 – Argentat le 16 septembre Atelier 3 – Carlux le 9 novembre Atelier 4 – Sainte-Foy-la-Grande le 16 novembre Atelier 5 – Saint-andré-de-Cubzac le 2 décembre

1/ Atelier de Bort-les-Orgues le 15-09-2015

2/ Atelier d’Argentat le 16-09-2015

3/ Atelier de Carlux le 09-11-2015

4/ Atelier de Sainte-Foy-la-Grande le 16-11-2015

5/ Atelier de Saint-André-de-Cubzac le 02-12-2015

II. Réalisation d’un film documentaire issu des ateliers

Le film donne la parole aux habitants du bassin-versant de la Dordogne pour parler de leur rivière. Il vise à montrer les différents regards des habitants sur le fleuve et ses affluents, des sources à l’estuaire en Gironde.
Le film tente de réunir l’ensemble des points de vues des habitants qu’ils soient citoyens, usagers, agriculteurs, naturalistes, techniciens, pêcheurs ou saisonniers du tourisme … Chacun présente sa vision de la Dordogne. La question principale est la suivante : « c’est quoi pour vous la Dordogne ? »
L’objectif du film est de sensibiliser les habitants à leur appartenance à un même bassin versant, afin d’aider à la construction d’une identité collective. La projection du film sera l’occasion pour les habitants d’échanger avec les habitants d’autres territoires leurs différents points de vues sur la Dordogne, d’un bout à l’autre du bassin-versant. Il s’agit de faire prendre conscience que nous partageons la même « rivière », que les habitants sont tous en interconnexion grâce à ce lien en donnant l’occasion aux habitants de présenter leur Dordogne aux autres habitants avec leur regard.
Cinq ateliers participatifs furent organisés pour que les habitants du bassin se rencontrent par secteur géographique et qu’ils expriment ce qu’ils souhaitent transmettre, raconter aux habitants des autres territoires de la Dordogne en réalisant une carte participative.
Ici la rivière est définie par les habitants. Ce qui le rend original par rapport à d’autres films sur la Dordogne.

III. Projection du film et poursuite du débat avec le public

Dans le cadre d’un projet de recherche portant sur les dimensions sociales et culturelles de la gestion de l’eau dans le bassin versant de la Dordogne*, des chercheurs de l’Université de Limoges en collaboration avec EPIDOR, des mairies et des associations locales, ont réalisé un film pour mettre en lumière les différentes perceptions de la Dordogne et de ses affluents.

Les dates et lieux des projections sont :

Mardi 30 mai à St-André-de-Cubzac, salle du mascaret à 20h

Mercredi 31 mai à Ste-Foy-la-Grande, 44 rue d’Alsace Lorraine à 20h

Jeudi 1er juin à  Sarlat, cinéma le Rex à 20h

Mardi 20 juin à Mauriac, cinéma le Pré Bourges à 21h

Jeudi 22 juin à Bort-les-Orgues, cinéma le 7ème Art à 20h

Dordogne.Projection-Tousleslogos

Un film documentaire sur les relations entre les habitants et leur rivière

Ce film a été créé à partir de scénarios élaborés avec les habitants, et pour les habitants, au cours de 5 ateliers organisés à l’automne 2015 en différents points de la vallée.

La rivière Dordogne joue un rôle important dans la vie sociale et culturelle de la vallée. Alors que de nombreux films documentaires ont été produits sur la beauté, le patrimoine ou la biodiversité environnant la rivière Dordogne, celui-ci met en avant les relations entre les habitants et leur rivière.

Résumé du film documentaire

Ce film donne la parole aux habitants du bassin versant de la Dordogne avec l’idée qu’ils puissent transmettre leurs regards sur cette rivière qui les unis de ses sources en Auvergne à son estuaire en Gironde. Le film rassemble des points de vues variés émanant de citoyens, d’usagers, d’agriculteurs, de naturalistes, de techniciens, de pêcheurs, de saisonniers du tourisme réunis au cours d’ateliers participatifs dans cinq communes le long de la Dordogne : Bort-les-Orgues, Argentat, Carlux, Sainte-Foy-la-Grande et Saint-André-de-Cubzac…

Ces ateliers participatifs et les entretiens réalisés sur le terrain furent organisés afin de mettre en relation et d’établir un dialogue entre les habitants. Dans chaque secteur géographique, ils ont exprimé ce qu’ils souhaitaient raconter en réalisant des croquis et des cartes participatives.

La question principale posée à tous les participants et intervenants fut la suivante : « c’est quoi pour vous la Dordogne ? ».

5 projections organisées sur le bassin

La chaire Capital environnemental et gestion durable des cours d’eau*, de l’université de Limoges, l’Etablissement Public Territorial de la Dordogne, la Communauté de Communes de Mauriac, la ville de Bort-les-Orgues, l’association cœur de bastide de Sainte-Foy-la-Grande et la ville de St-André-de-Cubzac organisent la projection du film « La Dordogne, vue par ses habitants » en mai et juin 2017. Les entrées sont gratuites et ouvertes à tous.

La projection du film sera suivie d’un débat animé par des chercheurs de l’Université de Limoges. On pourra d’abord considérer les effets du film : celui-ci pourrait-il raviver le sentiment d’appartenance et mettrait-il en lumière une identité collective pour les habitants de la vallée ? Puis, nous poursuivrons la discussion autour des relations entre les résidents et la rivière, et enfin, nous questionnerons la participation publique aux décisions concernant la gestion de la rivière.

Un apéritif offert en début ou en fin de séance fut l’occasion de discuter de manière informelle avec les participants aux réunions.

Conclusion

La production et la présentation de ces documentaires a pour but de susciter des connaissances et appréciations locales de la rivière, de montrer les dimensions sociales et culturelles de la rivière, d’améliorer la prise de conscience des habitants des enjeux liés a la rivière et de servir comme un outil de gestion afin de sensibiliser les habitants et de promouvoir leur participation pour une gestion durable des cours d’eau.