Thèse


Emilie CREMIN.
Entre mobilité et sédentarité : les Mising, « peuple du fleuve », face à l'endiguement du Brahmapoutre (Assam, Inde du Nord-Est).
Environmental and Society. Univerisité Paris 8 Vincennes Saint-Denis, 2014. French. <tel-01139754>

Dordogne

LogosGEOLAB5

Chaire Capital Environnemental et la Gestion Durable des Cours d’Eau

 English version

 Post-doc de 2015 à 2017 Sous la coordination de James Linton

Présentation
Les enjeux environnementaux s’imposent désormais à tous les acteurs du développement et se déclinent à toutes les échelles territoriales. A cet égard, à la fois de par leurs multiples fonctions et leur dimension multi-scalaire, les cours d’eau et leurs bassins versants méritent une attention toute particulière. Plus encore, en ce qu’ils concentrent d’enjeux économiques, sociaux, politiques et environnementaux, les bassins versants et vallées équipés de barrages hydroélectriques peuvent susciter des conflits spécifiques. Ils constituent donc des objets et terrains d’études pertinents pour analyser ces tensions et au-delà, leurs modalités de régulation ou de gestion, notamment territoriale.


Dans cette perspective, le laboratoire GEOLAB UMR 6042 CNRS (UBP Clermont-Ferrand-Université de Limoges), la SHEM, et la Fondation Partenariale de l’Université de Limoges ont initié un programme de recherche intitulé « capital environnemental et gestion durable des cours d’eau »

 Le programme scientifique et les terrains d’études :

La mise en oeuvre du programme scientifique repose sur une Chaire de recherche d’une durée de 5 ans, appliqué prioritairement à deux « rivières pilotes »: la Dordogne et la Têt (Pyrénées Orientales). La recherche sera effectuée dans une série d’études menées par des chercheurs de niveau doctoral et postdoctoral associés à la Chaire. Les principaux objectifs du programme de recherche sont les suivants:

– 1/ développer de nouveaux outils et approches pour la gestion des cours d’eau caractérisés par des installations hydroélectriques
– 2/ étudier, de façon critique, les concepts clés qui sous-tendent la gestion des cours d’eau dans le but d’améliorer l’applicabilité de ces concepts

Les résultats recherche seront diffusés principalement par le biais d’une série d’ateliers organisés par la Chaire et par la publication d’articles scientifiques dans des revues françaises et internationales.

Mon projet :

Mieux comprendre les dimensions culturelles de la rivière pour une meilleure gestion

Résumé

La directive cadre sur l’eau (DCE)[1] fixe des objectifs ambitieux en termes de gestion équilibrée de la ressource en eau. L’objectif est d’atteindre un bon état écologique des eaux superficielles en améliorant l’hydromorphologie et la restauration de la continuité écologique des rivières. Au-delà des dimensions physico-chimiques sur lesquels des réglementations contraignantes espèrent agir et des arguments techniques, l’acceptabilité sociale des projets dépend également d’aspects culturels, historiques, paysagers et affectifs liés aux cours d’eau et aux représentations collectives. L’implication des usagers et des riverains dans la gestion du milieu fluvial semble à priori indispensable à la réalisation des objectifs de manière durable.

Après avoir identifié les grands enjeux environnementaux concernant les bassins versants de la Dordogne et de la Têt, il s’agit de comprendre comment les dimensions sociales et culturelles sont prises en compte dans la gestion de ces cours d’eau. L’étude s’intéresse particulièrement aux perceptions et aux représentations des cours d’eau et de la qualité de l’eau par les riverains, aux relations entre les individus ou les groupes avec l’eau, aux savoirs vernaculaires locaux, à la valeur accordée à la ressource, etc … La gestion technique des cours d’eau prend-elle en compte ces savoirs locaux ? Dans quelle mesure ?

Le projet vise à évaluer l’implication et à expliquer les motivations de la participation des citoyens dans la gestion des cours d’eau pour atteindre le bon état écologique. Il vise notamment à adapter les outils de gestion de l’eau aux dimensions sociales et culturelles des cours d’eau afin de concilier la diversité des savoirs scientifiques et locaux pour définir des projets de gestion raisonnés.

Pour cela, la méthode employée consiste à réaliser deux films documentaires dont le scénario sera écrit avec les habitants des vallées de la Dordogne et de la Têt. La production et la présentation de ces documentaires a pour but de susciter des connaissances et appréciations locales de la rivière, de montrer les dimensions sociales et culturelles de la rivière, d’améliorer la prise de conscience des habitants des enjeux liés a la rivière et de servir comme un outil de gestion afin de sensibiliser les habitants et de promouvoir leur participation pour une gestion durable des cours d’eau.

[1] http://www.eaufrance.fr/comprendre/la-politique-publique-de-l-eau/la-directive-cadre-sur-l-eau